Non à la fermeture du consulat à Managua

Publié le par Français du monde - adfe - Costa Rica

Non à la fermeture du consulat à Managua

Il y a deux ans le consulat de Tegucigalpa, capitale du pays au plus fort indice d'homicides au monde fermait. Les bourses du lycée franco hondurien sont depuis traitées au Guatemala, et le Honduras fait partie de la circonscription consulaire du Costa Rica et du Nicaragua. Ne pas chercher à comprendre la logique et le sens de la géographie du MAE.

Maintenant c'est le tour du consulat de Managua qui va fermer.

L'Amérique centrale, ce n'est pas l'Europe ! Il y a des frontières, des visas, l'état des routes est souvent lamentable. Managua-San José, c'est 341 km... mais 11 heures de route sans intempéries, sans problèmes mécanique du bus et sans problèmes à la frontière. 5 heures Managua-frontière, 1 heure minimum pour passer la frontière, et 5 heures pour arriver à San José, puis une à 2 heures suivant la circulation pour se rendre au consulat. Donc deux nuits à passer à San José.

PÉTITION
M. Jean-Marc Ayrault,
Ministre des affaires étrangères et du développement international

La fermeture de la section consulaire française au Nicaragua est prévue au plus tard en juin 2017. Nous sommes sur la liste de la deuxième « vague » de passage en Poste Présence Diplomatique (PPD).
La stratégie engagée par le Ministère du XXIème siècle nous affecte directement. Alors que la diplomatie économique semble rester une priorité, les services consulaires disparaissent. Ils assurent pourtant une mission essentielle : ils sont le lien, l’interlocuteur de proximité pour chaque citoyen français. Ce seront ces citoyens qui feront les frais du redressement économique par la mise en place du PPD.
En effet, après la fermeture de la section consulaire, il ne restera que le réseau diplomatique pour la représentation politique et la sécurité des ressortissants français au Nicaragua. Ces derniers seront rattachés au poste consulaire du Costa Rica, ce qui les obligera à engager des frais. Sachez que beaucoup ne pourront pas les assumer et opteront certainement, peu à peu, pour la nationalité nicaraguayenne. Quant aux binationaux, ils perdront les liens avec la France et seront amenés à oublier cette richesse qui les caractérise.
C'est pourquoi nous tenons à exprimer notre rejet pour cette décision prise, depuis Paris, sans aucune considération du contexte actuel du Nicaragua et de l’impact négatif que nous subirons en tant que citoyens français. Il est important que votre Ministère prenne en compte la réalité du terrain. Dans le cas du Nicaragua, nous tenons à preciser que :

  • La communauté française augmente sensiblement depuis plusieurs années au Nicaragua. Elle a presque doublé en 15 ans (404 en 2001, 770 en 2015).
  • Etant le pays le plus sûr d’Amérique Centrale, le contexte actuel présage un essor du tourisme français.
  • Le projet de construction du canal interocéanique sera un attrait pour les entrepreneurs et deviendra un pays potentiellement et économiquement intéressant.
  • Le lycée franco-nicaraguayen a augmenté son nombre d’élèves qui partent étudier en France après le baccalauréat. Dans le cadre du PPD, ils devraient se rendre au Costa Rica pour demander leur visa d’étudiant, ce qui constituerait un obstacle. Nous vous rappelons que les Nicaraguayens doivent obtenir un visa pour s’y rendre et que les relations entre les deux pays demeurent compliquées.
  • En cas de perte de passeport pour les résidents français, il faudra obtenir un laisser-passer, assumer un billet d’avion aller-retour pour la France et attendre sur place plus de trois semaines un nouveau passeport.
  • Nous n’avons AUCUN Consul Honoraire au Nicaragua et il ne restera donc aucun lien au moment de la fermeture de la section consulaire à Managua.

Nous vous invitons, Monsieur le ministre des affaires étrangères, à « anticiper » avec des solutions fiables qui puissent nous permettre de conserver le lien de proximité entre les autorités françaises et les citoyens français et nicaraguayens :
-INFORMER les ressortissants français de la date exacte de fermeture et des nouvelles modalités qui seront mises en place et s’assurer que le format réduit de l’ambassade sera opérationnel pour l’ensemble des besoins de la communauté française et des étudiants du lycée français.
-Nommer un CONSUL HONORAIRE avant le passage de l’Ambassade en PPD.
ELARGIR LES COMPÉTENCES DES CONSULS HONORAIRES dans les zones PPD.
-FACILITER LA DÉLIVRANCE DE PASSEPORTS, en permettant de demander un passeport d’urgence au Nicaragua et en mettant fin à l’exigence de double comparution avec transmission par courrier des passeports (comme la plupart de nos partenaires européens).
-GARANTIR DES TOURNÉES CONSULAIRES RÉGULIÈRES avec possibilité de recueillir des demandes de passeports (3 à 4 par an).
-Conserver un CONSEIL CONSULAIRE présidé par l’Ambassadeur au Nicaragua pour les bourses scolaires. Il est important que cette question reste suivie dans le cadre d’un conseil consulaire constitué de personnes qui connaissent le terrain.
-Trouver une solution permettant aux ÉTUDIANTS NICARAGUAYENS et d'autres nationalités de venir en France sans avoir à passer par San José (Costa-Rica). Par exemple, la dispense de biométrie sur le visa étudiant valant comme titre de séjour et la possibilité d’effectuer la demande de visa à distance.

Espérant que vous prendrez ces demandes en considération, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations respectueuses,

Pétition concernant le PPD au Nicaragua (Ressortissants français)

Esta petición será entregada a:

  • M. Jean-Marc Ayrault, Ministre des affaires étrangères et du développement international

Pour signer:

Commenter cet article